1. Approche longitudinale, approche transversale

a) L'approche longitudinale

Cela consiste à suivre le développement d'individus en temps réel, pendant un laps de temps déterminé. Evaluation répétée du ou des même(s) enfant(s).
Le développement est suivi d'un moment T à un moment Tn, avec éventuellement plusieurs mesures évaluations intermédiaires. La durée du suivi peut varier de quelques semaines à plusieurs années, et le rythme des mesures intermédiaire est lui aussi variable.

 

Intérêts :
>
Permet une description précise, exacte du développement de l'individu et permet d'établir une courbe de développement.
Comme il s'agit du même individu évalué plusieurs fois, la différence observée à différents moments ne peut qu'être attribuée au processus développemental et non à des différences interindividuelles. On n'observe donc que des différences intraindividuelles.

 

Inconvénients :
>
Coût induit en temps et au niveau du nombre d'individus qui doivent être suivis.

> Mortalité expérimentale : au cours du suivi, un certain nombre d'individus quittent l'étude (déménagement,…).
Effet des examens successifs : les enfants sont vus à plusieurs reprises avec les mêmes épreuves, donc présentent un phénomène d'entraînement. Si on leur présente d'autres épreuves, on n'est pas sûr d'évaluer la même chose.

>  Absence de rentabilité scientifique à court terme : études peu rentables en termes de publication.

 

b) L'approche transversale

 

L'approche transversale a la particularité de consister à étudier, à un moment donné, en une seule fois, plusieurs groupes d'âges donnés. L'approche transversale court-circuite le temps réel. On n'attend pas le développement réel de l'enfant.

 

Limites de l'approche transversale

Elle met en évidence des différences interindividuelles : l'effet de cohorte (des personnes d'âges différents ont été soumis à des conditions de vie différentes), donc les groupes ne sont pas toujours réellement comparables.

 

Intérêts de l'approche transversale

> Rapidité temporelle dans le recueil des données ;

> L'approche transversale échappe aux inconvénients de l'approche longitudinale (ni mortalité expérimentale, ni effet d'entraînement lié aux évaluations successives).

 

L'approche transversale est la plus souvent utilisée, mais les deux approches sont complémentaires. On utilisera l'une ou l'autre en fonction des objectifs de l'étude.

 

c) L'approche transversale séquentielle ou approche mixte

 

Cette approche consiste à combiner l'approche longitudinale et l'approche transversale. On réalise, à différents moments, plusieurs mesures étalées dans le temps sur des groupes d'âges différents.

 

2. L'observation

 

L'observation a été la première méthode utilisée le développement. On distingue deux façon d'observer : la méthode clinique et la méthode expérimentale.

 

a) Observation subjective, observation objective

 

Observation subjective

> Introspection directe (je réfléchis sur moi-même, seul, avec le psychanalyste ou la prêtre). Recherche de l'explication de la façon dont la situation est vécue.

>  Introspection indirecte (faire la biographie de quelqu'un par exemple). Pas d'explication quant à la façon dont la situation est vécue.

Il n'est pas possible de contrôler la vérité les données obtenues par introspection, on ne peut donc pas considérer l'introspection comme méthode scientifique.

Observation objective

Elle un intérêt scientifique dans la mesure où les données sont répétables, vérifiables, communicables.  

On a considéré que l'étude de quelques enfants ne suffisait pas, était trop subjective, donc on a établi des études sur de plus larges échantillons de manière à établir des lois du développement, des normes, des points de repère.

Il est dès lors possible de situer le développement d'un enfant particulier par rapport au développement attendu d'un enfant du même âge et, le cas échéant, déceler des anormalités.

 

b) Les problèmes liés à l'observateur

 

> Influence de la présence de l'observateur sur le comportement observé : On n'a pas le droit, d'un point de vue éthique, d'observer le sujet à son insu. Ainsi, il faut minimiser la présence de l'observateur. On peut soit utiliser un miroir sans teint ou un caméscope, soit répéter les séances d'observation. On habitue ainsi le sujet à la présence de l'observateur, et on assiste au retour d'un comportement spontané.
>Subjectivité de l'observateur
: Il faut limiter l'équation personnelle, car l'observateur peut faire deux types d'erreurs : erreur occasionnelle (insuffisance de l'observateur), erreur systématique (attachement à l'enfant observé par exemple). Pour limiter l'équation personnelle, on recourt à plusieurs observateurs pour observer la même scène, les mêmes enfants. On calcule ensuite un « indice de fidélité inter-juge », par la comparaison des comptes-rendus d'observation.

 

3. La méthode clinique

 

Elle consiste à étudier des sujets individuels, de manière approfondie, grâce à des techniques d'investigation pouvant être normalisées (observation en situation, entretiens, tests). La méthode clinique permet de poser un diagnostic, un pronostic, en examinant le sujet à son chevet (KLINE = le lit en grec).

Méthode clinique armée : utilisation de tests. Le recours à des tests peut nous renseigner sur le développement de l'enfant.

Test = épreuve standardisée (strictement définie dans ses conditions d'application et de cotation), et étalonnée (permet de situer l'enfant parmi les enfants d'une même situation de référence).

Méthode clinique piagétienne (de Piaget) : dialogue libre avec l'enfant à partir d'un matériel concret. Il s'agit de suivre le raisonnement de l'enfant en le confrontant à des suggestions et contre-suggestions.

 

4. La méthode expérimentale

 

Cette méthode permet de constituer notre base de connaissance sur les changements développementaux.

La mise en place d'une expérience consiste à contrôler, faire varier les conditions d'apparition et de déroulement d'un phénomène, de manière à déterminer leur part individuelle d'influence sur ce phénomène.

Observation = observer un phénomène naturel.

Expérimentation = observer un phénomène provoqué.

 

Démarches de la méthode expérimentale : 

> Recherche bibliographique : elle permet au chercheur de s'informer des conclusions, des données antérieurement établies et publiées dans la littérature scientifique.

> Formulation d'une hypothèse : toute expérience consiste à contrôler empiriquement une ou plusieurs hypothèse(s). Elle permet ensuite de valider ou réfuter cette hypothèse.
> Expérimentation : elle consiste à manipuler des variables indépendantes VI pour étudier leur effet sur une variable dépendante VD (réponse verbale, visuelle, motrice de l'individu à une tâche présentée).

Une des particularités de la psychologie du développement est de se trouver à l'interface entre la psychologie clinique et la psychologie d'expérimentation (suivre un enfant particulier ou un groupe d'enfants).